LE BLOG DE BRUNO

16 mars 2006

Petit séjour à l'auberge des templiers

Après notre frustration de chez Bardet, nous sommes allé à l'auberge des templiers ou j'avais travaillé il y a 16 ans... Pour notre plus grand plaisir, rien n'avait changé ni veillit. L'arrivée dans cet ancien relais de la poste nous fait changer de planète. D'un coup nous avons l'impression d'être au paradis. L'accueil est grandiose et très professionnel. Rarement,nous ressentons cette sensation d'être pris en charge par l'équipe. Tout le monde est au petit soin, du commis au directeur, à chaque instant nous avons l'impression qu'ils ne sont là que pour nous.

Malheureusement un problème technique m'enpêche de prendre des photos mais nos souvenirs resteront gravés longtemps tant le plaisir fût intense.

Je vous invite à visiter leur site en cliquant sur ce lien http://www.lestempliers.com/

La cuisine est d'un superbe niveau et le service parfait. Le plus hallucinant c'est que le Michelin leur a enlevé une étoile. Décidément j'ai le sentiment que nous ne recherchons pas la même chose que ce guide. Si quelqu'un les comprend, j'apprécierais qu'il m'explique.

Posté par bmeril à 22:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 mars 2006

Le salon de l'agriculture 2006

Petite visite au salon de l'agriculture. Pas de volaille mais plein de belles bêtes :

dsc00246 Une vache avec 4 fesses.....

dsc00261 dsc00269 Quelques vaches plus sympathiques, des cochons et autres habitants de nos fermes,

dsc00276 dsc00287 dsc00295 dsc00303 dsc00291 dsc00310 dsc00312 et surtout le plus bel âne : le Baudet du Poitou

Un très beau salon et super pour les enfants et les plus grands. Le contact avec les gens du terroir nous rapproche de la réalité. Dommage qu'une fois de plus, la confédération paysanne bloque la moitié du salon et nous prends en otage. C'est débile car tous les gens qui sont là sont des gens qui apprécie le monde agricole forcément. Impossible de discuter avec les manifestants, ce sont des fanatiques.

Posté par bmeril à 23:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Clos Naudin à Vouvray

dsc00232 

L'ambiance est complètement différente du domaine Huet, J'arrive à l'heure et j'arrache le vigneron à son travail de filtration, la cave semble petite mais sous contrôle parfait de Mr Foreau. Après avoir donné les consignes à ses ouvriers, il m'emmène visiter les caves puis déguster.

dsc00235  dsc00233 Les caves

dsc00239

Le vouvray mousseux 1995 bien complexe et longueur en  bouche impressionnante la bulle est d'une belle finesse. Dommage que l'étiquette ne soit pas très belle

Au domaine foreau, rien ne se décide avant, seul la météo déterminera l'ordre des vendanges, le tri se fait directement dans les vignes par des vendangeurs habitués et encadrés. Conscient de son terroir, Mr foreau veut impérativement le mettre en avant. "Le terroir s'exprime dans le temps, lorsque le maquillage du bois et des vinificateurs disparaît, seul le terroir reste et il doit se suffire a lui même" me confit-il.

dsc00242

Les vins dégustés

dsc00238

Vouvray 2004

Ample généreux superbe finale moins de 4 grs de sucre un vrai vin sec

Nez frais de citron vert légèrement poivré

dsc00240

Vouvray sec 1996

Pas une trace d'oxydation, élégance, maturité, acidité frétillante, longueur interminable, va t il me convertir au chenin ? nos goûts se ressemblent.

Complexe, épice safran, curry, minéralité, coing bien murs, fruits jaunes etc....mais quel bonheur.

dsc00241

Vouvray demi sec 2005

Clémentine, agrumes, frais, longueur éternelle, une pointe de souffre normale qui va s'estomper d'ici quelques semaines

dsc00243

Vouvray moelleux réserve 1989

Datte, amandes pour les grands millésimes, longueur époustouflante acidité friande

Pas de traces d'oxydation juste de la maturité et des épices, que du plaisir potentiel de plus de 50 ans

Suberpe accueil et belle dégustation. Mr foreau est un passionné de son vin et du vin en général. Nos goûts sont très proches et ne supporte pas l'oxydation. Ses vins m'ont convaincus que même le chenin pouvait me faire plaisir.

Moelleux 1995

50 grs de sucre une robe superbe et un équilibre qui devient habituel......

155 grs pourriture noble Moelleux réserve mangue, reine claude sensationnelle 2003

Posté par bmeril à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Domaine Huet à Vouvray

Arrivée au domaine, je suis accueilli par la secrétaire qui me fais déguster l'ensemble de la gamme. Elle est très sympa mais j'aurais préféré parler avec quelqu'un qui produit le vin ou cultive la vigne.

dsc00210 L'entrée du domaine

dsc00213 Le dégradé des couleurs de l'argile des trois terroirs du domaine

dsc00212 Les nouvelles étiquettes du domaine

dsc00224  dsc00223 Partout dans la cave de tuffeau, la moississure est présente.

dsc00222 Les bouteilles de mousseux sont sur lattes

dsc00231  dsc00229  dsc00227 dsc00230

Arrivée dans les vignes Les clos du bourg, le Haut lieu et un pied de chenin en dormance

La dégustation en générale m'a un peu déçue. Le domaine semble vouloir davantage développer leur gamme de négoce et oublie leur vin de terroir. L'image que j'avais de ce domaine tenait du fait des vieux millésimes que j'avais dégusté et la sensation d'un vrai vin de terroir. Malheureusement je ne pourrais pas déguster de vin à maturité et les jeunes vin manquent cruellement d'expression.

Posté par bmeril à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un week end chez Bardet à Tours

Où la vie s'est arrêtée il y a 20 ans.

Nous étions excités et pressés de nous faire plaisir....RATE

dsc001881

dsc00190 Une coupe de vouvray à moitié vide

dsc00191 Une salle vieux style sans charme et lugubre

dsc00196 Amuse bouche Crème prise de poireaux, coulis à la truffe : Verre ébréché, texture bizarre

dsc00199 Terrine de foie gras, viennoise de fruits secs, Décoration cachée et viennoise inmangeable, très grasse et amère(sans intérêt)

dsc00200 Etuvée de saint jacques au caviar d'aquitaine, beurre crémeux au citron (Le moins décevant mais on paye un menu à 125 euros et on mage du caviar français ???? Vive les marges)

dsc00202 Filet de sole de l'Atlantique roulé dans le nori, jus mousseux aux écrevisses. Malheureusement pour la sole il y avait trop de nori, ce qui masque tout. Je pense que c'est un essai d'innovation attardée et ratée.

dsc00203 Riz de veau aux légumes oubliés (et oui encore), truffes (de mauvaise qualité) La cuisson des ris de veau était géniale mais la réglisse répendue dessus gâche (à mon avis) le plaisir

dsc00204 Avant dessert : Biscuit chocolat, glace vanille et chantilly au café. Là nous n'avons pas compris cette assiette tout simplement nulle et on s'en serait bien passée.

dsc00205 Tartelette framboise et ganache au chocolat :Très Bonne mais on aurait préféré la manger dans un salon de thé l'après midi.

dsc00206 Dernier dessert et on est content que cela s'arrête. D'après leur descriptif, on doit comprendre que c'est leur grande découverte : Ananas rôti et glace au lait d'amande.....Bon, mais je mangeais la même chose à la maison il y a 10 ans.

Nous décidons d'aller nous coucher et de ne pas profiter des mignardises car nous pensons qu'elles seront à la hauteur du reste.

C'est vraiment une grande déception, si c'est ça un "deux macarons", je ne dois rien comprendre à la cuisine.

dsc00197 dsc00198

Le sommelier était sympa et connaît bien son travail. Je lui signale que c'est dommage de ne pas pouvoir profiter de millésimes un peu évolués et il nous confie que le chef décide aussi du choix des vins et qu'il préfère les millésimes de l'année. Je pense qu'il serait préférable que M. Bardet laisse chaque employé remplir son rôle et que lui, surveille sa maison qui se meurre. Mais où est le plaisir du travail chez eux?????

dsc00207 Le coin de notre suite relais et châteaux, la chambre est charmante mais vétuste.

Bardet où la vie s'est arrêtée il y a vingt ans.....

Content d'offrir à ma femme un petit week-end dans un relais et châteaux avec deux étoiles au michelin, j'étais sans imaginer que j'allais aussi lui offrir un voyage dans le temps. Retour en 1980 lorsque cette superbe bâtisse connue ses heures de gloire mais le problème c'est que rien n'a changé et que tout est désuet. Nous sommes le 1er mars et on nous souhaite la bonne année et on nous propose le menu saint valentin......On ressent un épuisement général et un dynamisme éteint. Notre passion nous impose tout de même du respect pour cette famille qui a consacrée sa vie a l'hôtellerie mais qui aurait peut être du passer le flambeau. La qualité générale est moyenne et je ne comprends pas les deux étoiles. Les seules choses à la hauteur de leur prétention sont le prix, la bâtisse extérieure et la gentillesse du personnel. Les gros points négatifs, l'aspect ringard et sans goût de la salle de restaurant, du service de table, les cravates de l'équipe en salle, la tenue des patrons, le décalage dans le temps, la cuisine du siècle dernier. Le mot de la fin sera pour Mme Bardet. Lorsque je paye (bien sûr personne ne demande si nous avons passé un bon séjour) Mme bardet est juste derrière le bureau de la réception et parle au maître d’hôtel : je cite : "On va pas se faire chier à mettre un plateau pour ces quatorze !!!" Quelle classe....

Posté par bmeril à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 février 2006

Repas au clairefontaine

Ce soir nous fêtons un grand moment et pour ça, nous avons choisi notre restaurant préféré à Luxembourg : Le clairefontaine.

En arrivant, nous sommes content de constater un changement de décor, je dirais plutôt une modernisation. Le restaurant est plein (comme d'habitude) et l'accueil toujours aussi agréable. Comme le moment est important pour nous, nous commençons avec une cuvée prestige en champagne :

Cuvée Charles VII de canard duchêne

dsc00178

Nous la prenons sur la recommandations de fred (le sommelier)

La bulle est très fine et le champagne élégant. C'est une cuvée prestige. Le seul hic pour moi c'est son caractère évolué que je n'aime pas plus que ça mais il plaît à Carine et c'est l'essentiel car la bouteille est pour elle car moi et le champagne .....

Buvabilité : 13/20

On commencera le repas avec le champagne:

Trilogie d'amuse bouche

dsc001771 

Langoustine royale panée, mascarpone au piment d'espelette........

dsc00179

Un plat génial sans parler de la perfection de la cuisson

Saint jacques et risotto au pamplemousse et vanille.....

dsc00180

Une superbe réussite, moi qui n'aime pas la vanille dans les plats salé, je dois admettre que je suis réconcilié.

Petit oeuf surprise pour carine

dsc001811

Et pour moi un petit pots de champignons et truffes et sa petite mouilette

dsc00182

Et on attaque enfin le vin rouge :

dsc00183

Gevrey chambertin Les poissenots 1998 Dominique Laurent

Je le prends aussi sur le conseil de Fred et c'est exactement ce que j'avais envie de boire ce soir.

Le nez est bien expressif avec des notes de griottes bien fraîches. Il "pinotte" comme il faut et j'adore son expression.

La bouche est bien franche avec du caractère et du relief, les bourguignons diraient que c'est un vin qui se tient bien debout. La longueur en bouche est grande et les tanins encore immatures lui renforcent la finale pour supporter des plats puissants. et ça tombe bien car le plat suivant ne manque de personnalité.

Filet de saint pierre.....Sucette glacée à l'asperge et à la truffe

dsc00185

et pour carine (qui n'aime pas la truffe)

Mousseline de pommes de terre (trop bonne) et ....

dsc00184

De l'agneau sous toutes ses formes et des légumes oubliés ........

dsc00186

A part les légumes oubliés que je n'aime pas spécialement (si on les a oubliés si longtemps il y a une raison)

ce plat était magnifique puissant, original et savoureux. La qualité de la viande et la cuisson dépasse la perfection.

Pour terminer avec le dessert

l'assiette des chocophyles...

dsc00187

Magnifique assiette où tout s'oppose sauf le plaisir.

C'est vraiment notre restaurant préféré et on ne s'en lasse pas....Pourquoi le michelin attend pour leur attribuer une deuxième étoiles tellement méritée.....

Posté par bmeril à 00:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2006

Château Canon La Gaffelière Saint Emilion Grand Cru 1982

dsc00166

La robe présente des signes d'évolution beaucoup moins important que son âge et les couleurs restent intenses.

Le nez est magnifique mais il a demandé un long décantage au préalable (2heures). Il est complexe et bien expressif, on y trouve des arômes classiques du cabernet évolué. C'est un bouquet de grande classe.

La bouche est tendre tout en finesse (ne pas confondre finesse et légèreté) l'acidité en bouche est bien intégrée et les tanins sont soyeux. C'est de la dentelle, très grande longueur en bouche.

Il est bien prêt à boire mais supportera encore quelques années car nous n'avons aucun signe de déclin.

Buvabilité 19/20

Pour l'accompagner j'ai préparé un pigeon rôti aux épices, sauce réduite aux truffes, Polenta cremeuse aux marrons glacés.

Grand moment de plaisir.

Posté par bmeril à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Château Lanessan 1992 AOC Haut-Médoc

dsc00167

La robe est bien évoluée avec des légers reflets orangés et montre une certaine légèreté.

Le nez est au summun de son expression avec des notes de pruneaux à l'eau de vie, du cacao, et champignons de paris. L'intensité et complexité du nez sont moyens.

La bouche est souple et correspond parfaitement au nez et l'oeil par sa légèreté. Je pense que c'est un millésime dilué et bien prêt à boire. Le vin est moyen et ne présente pas d'intérêt.

Buvabilité : 12/20

Posté par bmeril à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Buvabilité

Ce mot n'est pas dans le dictionnaire mais je trouve que c'est un terme très important pour juger de la qualité d'un vin.

En effet, lorsque l'on déguste un vin, on décrit l'aspect visuel, olfatif et gustatif, ses qualités et aussi ses défauts, on peut imaginer un plat qui l'accompagnerait bien, on imagine son potentiel etc.... Mais jamais on juge la vitesse où la bouteille se vide et c'est pour moi le meilleur indice de qualité. Le vin est un plaisir intense mais avant d'être fait pour les concours de dégustations et il est fait pour boire et accompagner un plat. Dorénavant j'ajouterais une note su 20 qui derterminera sa buvabilité.

ce mot e ete invente par Gildas Royer

Posté par bmeril à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2006

Le choc des mondes Portugal/USA

Le paradoxe des styles et des dégustations

Terroir contre technologie, Histoire contre modernisme, simplicité conte m'as tu vu.

Cet après midi nous dégustons des vrais vins de terroir présentés par un passionné. Devant notre intérêt Jose da silva (le propriétaire de « au porto roi ») veut nous faire découvrir ces coups de cœur. Nous lui faisons remarquer que nous avons un autre RDV après mais qu'importe, il veut nous faire plaisir et commande une pizza et ouvre encore quelques grandes  bouteilles de son choix. Nos coups de cœur seront les vins proposés pour notre soirée. L’ambiance est très conviviale et sa passion s’exprime au travers de ses commentaires sur chaque vin.

image_00021

Quinta do Vale da Raposa Touriga Nacional 2001 Douro

Magnifique et puissante cuvée pure Touriga national qui est pour  moi le cépage fondamental du Douro.

Elégance et puissance maîtrisée sont les maîtres mots de cette cuvée. Le vin est grandiose et fait partie des références de la région.

image_00023

Quinta do Vale da Raposa Tinto cao 2001 Douro

C'est un autre cépage majeur de la région ets il fait partie des cépages recommandé par l'institut des vins de portos. Il est interressant mais présente moins de caractère que le touriga national mais reste tout de même une belle découverte.

image_00022

Quinta do vale Meao Méandro 2001

Nous connaissons déjà le millésime 2003 mais le 2001 est beaucoup plus puissant, davantage caractèriel et l'harmonie générale est parfaite. Des notes de tabac, cacao et fuits noirs dominent une magnifique réussite.

image_00026

Quinta do Vale de Meao 2003 Grand vin exeptionnel

Il porte trop bien son nom. José veut absolument nous faire goûter ce vin et je le remercie car là, attention.

La puissance est tellement surprenante que lorsque l'on le met en bouche, on se demande quand et ou va t'il s'arrêter. L'alcool est bien intégré et les tanins sont curieusement très tendres. C'est le vin qu'il faut pour un lièvre à la Royale.

Nous attaquons les vins madère. Ce sont vraiment des vins méconnus et l'image de marque est vraiment déplorable et pourtant il méritent vraiment un peu d'attention.

image_00027

Madeira Barbeito Sercial 10 ans

La robe est d'un joli jaune vieil or aux reflets légèrement orangés. Le nez est magnifique et rapelle le chocolat blanc, les fruits jaunes confits.

La bouche est fraîche bien équilibrée et le rapport alcool/sucre bien respecté. La rétro rapelle le nez et la longueur en bouche est impressionnante.

image_00028

Madeira Barbeito Boal 1978

J'invite tout le monde à découvrir une fois ce vin, c'est pour moi la révélation du madère. On y retrouve des notes de zestes d'orange, des notes de cognac, de canelle. La longueur en bouche est vraiment très longue et c'est là que l'on ne peut qu'admettre la grandeur de ces vins.

Changement d'Ambiance

Plus tard nous sommes invités à l’ambassade américaine pour une dégustation de vins américains. Contrairement à tout à l’heure, nous passons de la simplicité à plein la vue, canapé et grande pompe… Ici, les gens qui sont venus pour déguster sont rares car c’est l’endroit où il fallait se montrer ce soir. Tout le monde a mis son costume du dimanche et nous arrivons en tenue toute simple. Cherchez les intrus…. Pour aller vite nous nous dirigeons directement sur la table qui nous intéresse car nous ne cherchons rien de particulier et nous voulons juste goûter les nouveaux millésime des vins que l’on a à la carte.

On commence avec Le zinfandel de Nalle Sonoma valley 1999

dsc00160

Un vigneron qui ne possède pas de vignes…….Son vin reste sans grand intérêt et pour ceux qui ne le comprennent pas, il explique comment le cerveau doit fonctionner pour le comprendre sur l’étiquette de son vin. C’est globalement cher (27,80 euros) pour un vin dilué qui n’est même pas représentatif du cépage. Pas d’épices, par de caractère. Vin à éviter.

On continue sur les chardonnay d’Au bon climat. Santa Barbara St Benedict 2002 :

Le vin est frais et élégant avec un bois bien chauffé. Je pense qu’il possède un bon potentiel et j’aime sa fraîcheur.

Chardonnay Au bon climat Santa rita Hills 2000 :

Le bois est un peu plus fondu et le vin élégant, je suis agréablement surpris de son évolution qui est resté très jeune. C’est un coup de cœur à 20,60 euros.

Pour les rouges :

Pinot noir Au bon climat Santa Barbara 2002 :

Pas vraiment d’intérêt pour cette cuvée sans personnalité.(15,50 euros)

Shafer Vineyards Napa Valley

Sangiovese Firbreak 1998:

Grand vin de caractère, bien fait et rappelle le style italien.

Merlot 1999 :

Ce sera mon coup de cœur de la soirée. La puissance est impressionnante et l’acidité bien marquée lui donne un relief sans fin. Il est grandiose (38,50 euros)

Ojai Winery Santa Barbara 1999

Le style syrah est bien reproduit mais on sent un léger sucre résiduel qui l’alourdit et lui donne une sensation de confiture (25,10 euros)

Ridge Winery

Santa Cruz

Geyserville 2001

Cette cuvée n’est plus à la hauteur de ses anciens millésimes et le style est quelconque avec des notes de réductions. (22,60 euros)

Viader Napa Valley Syrah 2001

J’avais hâte d’y goûter car le souvenir de son cabernet franc fût un grand moment de ma vie. Malheureusement, sa syrah ne présente pas sa finesse habituelle et rappelle un australien de moyenne gamme !!!! Il faudra débourser tout de même 55,30 euros pour l’avoir dans sa cave. A ce prix, mieux vaut se rabattre sur une belle Côte rôtie.

Nous décidons donc de nous enfuir de cette soirée ou le tout Luxembourg est venu se rencontrer.

Posté par bmeril à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]